Cycle préparatoire ENA et grands concours des fonctions publiques

Cycle préparatoire ENA et grands concours des fonctions publiques

Le Cycle préparatoire à l’ENA et aux grands concours des fonctions publiques est assuré par des praticiens, hauts fonctionnaires en situation de responsabilité dans l’administration, et des universitaires. Combinant mises à niveau et exercices pratiques, tant écrits qu’oraux, il prépare l’accès à l’ENA ainsi qu’à d’autres grands concours des fonctions publiques : INET, EN3S, EHESP, affaires étrangères, assemblées parlementaires, magistrats de TA et CAA.


Contexte et objectifs

Pour intégrer ce cycle, il est important d’avoir une solide motivation. Le nombre d’étudiants admis étant limité pour préserver la dimension collective de la préparation tout en assurant le suivi individuel des étudiants, le cycle doit être réservé à ceux qui ont un projet clairement axé sur la réussite à un grand concours des fonctions publiques. D’autres formations de Sciences Po Lille d’excellente qualité sont mieux indiquées, et recommandées, à des étudiants souhaitant se spécialiser dans des domaines de l’action publique ne passant pas nécessairement par cette voie.

Les profils les plus adaptés sont donc ceux d’étudiants qui, dès la deuxième année après le baccalauréat, attirés par le service public, ont commencé à acquérir des connaissances variées, à travailler en groupe, à s’intéresser aux grands enjeux des politiques publiques, et qui sont en mesure de se mobiliser fortement et dans la durée pour préparer au mieux les échéances successives des différents concours. Une très bonne maîtrise de la langue anglaise est par ailleurs requise.

 

Organisation générale

Le cycle comprend deux catégories d’étudiants :
  • les élèves préparant un grand concours externe. Le cycle est ouvert à tout étudiant issu ou non de Sciences Po Lille, les conditions de recrutement (dossier et épreuves) figurant sur le site de Sciences Po Lille ;
  • les élèves fonctionnaires ayant passé un concours dit « PENA » qui sont affectés dans les différents centres de préparation par l’ENA, dont celui de Lille, et qui préparent le concours interne.
En dehors des matières spécifiques à option, les enseignements sont communs, les entraînements notamment écrits prenant en compte les particularités propres à chaque concours. Le mélange des deux catégories d’élèves se révèle particulièrement fructueux, l’expérience de l’administration qu’ont les uns s’enrichissant des parcours universitaires des autres.

 

Calendrier

Le cycle, qui débute fin septembre, comprend deux phases :

1.    septembre-juin : la préparation est axée sur des «conférences de méthode». L’objectif de ces conférences n’est en aucun cas de passer en revue la totalité des programmes, ce qui serait irréaliste, mais de permettre, à partir d’exemples, de se pénétrer de la nature et de l’esprit des épreuves, pour en maîtriser la méthodologie. C’est pourquoi, durant cette phase, des galops d’essai sont organisés de manière régulière, dans les conditions effectives du concours, ainsi que des simulations d’oraux. De plus, les étudiants bénéficient d’un accompagnement, individuel ou collectif, sur le mode du tutorat.

2.    septembre-novembre de l’année suivante : après les épreuves d’admissibilité, des conférences de cadrage d’actualité et des entraînements aux épreuves d’admission seront proposés, notamment aux admissibles.

 

Equipe pédagogique

Le cycle est placé sous la direction de Rémi DECOUT-PAOLINI, ancien élève de l'ENA, maître des requêtes au Conseil d'Etat et professeur associé à l'Université de Lille.

Afin d’assurer un haut niveau de compétences dans les domaines des concours, en même temps qu’une familiarité avec les méthodes de l’administration, les formations du cycle sont assurées par des hauts fonctionnaires issus des trois fonctions publiques et des organismes de protection sociale (notamment des membres du Conseil d’Etat, de la Cour des comptes, des membres des corps d’inspection, des diplomates, des magistrats de l’ordre administratif...) et par des universitaires (en particulier des enseignants de Sciences Po Lille et de l’Université de Lille).

Liste des intervenants 2017 – 2018

Droit public

Rémi Decout-Paolini, ENA, Maître des Requêtes au Conseil d’Etat, Directeur de la préparation ENA
Matthieu Caron, Maître de Conférences
Yannick Faure, ENA, Maître des Requêtes au Conseil d’Etat
Aurélien Caron, ENA, Auditeur au Conseil d’Etat
Marc Thoumelou, Administrateur du Sénat
Carine Soulay, ENA, Directrice Générale adjointe de l’administration et de la Fonction Publique

Economie

Gérard Belet, ENA, Administrateur civil Direction du budget
Raphaëlle Hours, ENA, Administratrice civile Direction du budget
Christophe Strassel, ENA, Magistrat à la Cour des Comptes
Dominique Chaubon, ENA, Administrateur civil Direction du Trésor

Questions Contemporaines

Alain Cambier, Professeur agrégé de philosophie
Juliette Chemillier, Professeur agrégé de philosophie
Rémi Lefebvre, Professeur
André Santelli, ENA, Directeur général des services
Gilles Chantraine, Professeur

Questions Sociales

Jean-Robert Jourdan, Inspecteur Général des Affaires Sociales
Eve Robert, ENA, Inspectrice générale des Affaires Sociales
Axel Essid, ENA, Inspecteur général des Affaires Sociales
Simon Raout, Directeur d’hôpital

Finances Publiques

Stéphanie Damarey, Professeur
Christophe Strassel, ENA, Magistrat à la Cour des Comptes
Guillaume Leforestier, ENA, Maître des Requêtes au Conseil d’Etat
Aymeric Potteau, Professeur
Aurélien Baudu, Professeur

Questions Internationales

Christine Fages, Ambassadrice, Conseillère à la Cour des Comptes
Clémentine Bories, Professeur

Questions Européennes

Matthieu Hebert, Administrateur à la Commission européenne
Marie Boscher, Administratrice à la Commission européenne
Benoît Roussel, Administrateur à la Commission européenne
Pierre Ecochard, Economiste au Parlement européen

Anglais

Elly Harris, Professeur

 
 

Quelques conseils

La préparation à des concours suppose rigueur et investissement personnel total.

Quelle quantité de travail ?
Elle doit être importante et régulière, à l’image d’un entraînement à des compétitions sportives. Sans bien entendu établir de norme absolue, vu l’ampleur du programme, il est difficile de maîtriser celui-ci en deçà d’un rythme de travail de l’ordre de 10 à 12h par jour tous les jours. Il faut se pénétrer de l’esprit du concours, acquérir des réflexes de pensée, mettre en rapport les connaissances, bref faire en sorte que les épreuves du concours deviennent des «réflexes quasi naturels».

Travailler seul ou en groupe ?
Là aussi, il est difficile d’édicter des règles absolues mais la préparation en petits groupes de travail (les fameuses «écuries») constitue un apport très efficace, et ceci pour trois raisons essentielles :
  • elle permet une «division du travail», notamment pour les lectures (un membre du groupe lit, produit une fiche pour les autres, en échange d’autres fiches),
  • elle permet d’être sans arrêt dans une confrontation critique favorisant la correction des erreurs, la comparaison des points de vue…,
  • elle permet d’affronter l’épreuve psychologique que constitue la préparation en vivant avec des pairs les mêmes interrogations, les mêmes inquiétudes ou angoisses.
 

 

Débouchés

Les débouchés sont ceux des cadres supérieurs et dirigeants des trois fonctions publiques : Etat, collectivités territoriales, hôpitaux ainsi que des organismes de protection sociale.

 

Témoignages

« La « Prep’ENA » de Sciences Po Lille peut être fière de la qualité et de l’existence de sa formation, sans en avoir à rougir de ses concurrentes dont les effectifs sont incomparables ! La Prep’ENA lilloise est en effet à taille humaine (autour de 20 personnes en 2016-2017), permettant à chacun de s’impliquer, tout en donnant aux intervenants, très disponibles et de grande qualité, la possibilité de bien connaître nos forces et nos faiblesses. Cet atout s’avère également essentiel pour travailler en groupe, ce qui m’a aidé tant à réaliser des « économies d’échelle » sur les matières à préparer qu’à compter sur de vrais amis pour me soutenir dans les moments les plus difficiles. Enfin, l’exigence de la préparation est incontestable, grâce à la réalisation hebdomadaire de galops d’essai en conditions réelles et à une préparation soutenue, dès le début de l’année, aux oraux des concours. Ainsi, j’ai pu mesurer rapidement mes progrès et affronter sereinement les oraux. C’est, j’en suis certain, ce travail de fond qui m’a permis, tout comme mes deux autres camarades admissibles à l’ENA en 2017, d’être admis ».

Romain Boyer
Elève à l’Ecole Nationale d’Administration, promotion 2018-2019. 


« Le choix d’une Prepa est toujours un moment crucial, et parfois stressant, dans la préparation d’un concours.
Sciences Po Lille n’a évidemment pas le même nombre d’admis que certaines préparations parisiennes, dans la mesure où les effectifs n’ont aucune commune mesure. C’est justement pour cette raison que j’ai fait le choix de rester à Lille préparer ces concours, en restant avec des personnes que je connaissais suffisamment bien pour travailler en groupe toute l’année. De plus, les intervenants sont de qualité, disponibles, connaissent bien les étudiants et ont été présents, notamment, dans la préparation des oraux, ce qui n’est pas le cas partout. La possibilité de faire des galops très régulièrement m’a permis de progresser énormément et de me familiariser avec l’esprit des concours administratifs. Il est incontestable que sans cet encadrement, et sans le travail collectif permis par une ambiance saine et amicale de travail, je n’aurais jamais été admissible aux différents concours que j’ai passés ainsi qu’admis à l’ENA ».

Robin Jullien
Elève à l’Ecole Nationale d’Administration, promotion 2018-2019.

 

 

"La prep'ENA de Sciences Po Lille jouit d'un prestige moindre que ses consœurs parisiennes dont la supériorité présumée s'appuie en partie sur des statistiques qui, comme le disait le Général de Gaulle, montrent beaucoup mais cachent l'essentiel. Pourtant, au-delà de résultats certains au cours des dernières années, elle présente des avantages comparatifs qui doivent être pris en compte par tout candidat au moment de faire ce choix important qu'est celui de la prépa. La prépa de Lille constitue une structure à taille humaine permettant de travailler en toute quiétude, dans une ambiance familiale, avec un suivi individualisé et une saine émulation ne nuisant nullement à un niveau d'exigence élevé. Qualité, proximité, identité sont des traits singuliers définissant cette prépa'ENA. Je garde personnellement un excellent souvenir de l'année 2012-2013 durant laquelle la prep'ENA de Sciences Po Lille m'a armé pour passer certains des plus grands concours administratifs. Je sais en effet que les conditions de travail, mais aussi de vie, qu'offre Sciences Po Lille ont joué une part prépondérante dans ma réussite au concours de l'ENA."

Carl Accettone
Sous-préfet, directeur de cabinet du préfet du Gard, promotion 2014-2015.

 

"Je suis actuellement directrice adjointe au Centre Hospitalier d'Armentières. J'ai obtenu le concours externe de directeur d'hôpital suite à ma PENA réalisée à Sciences Po Lille. J'ai beaucoup apprécié de travailler dans une PENA à taille humaine où les échanges avec les intervenants étaient facilités par notre nombre restreint par rapport aux autres centres de préparation. Le suivi des élèves y est rigoureux et les conseils sont personnalisés en fonction des souhaits de chacun. De plus, Sciences Po Lille offre un large choix de conférences permettant ainsi à chacun d'approfondir sa culture générale. J'ajouterai enfin que Lille est une ville culturellement très riche et permet ainsi aux étudiants de la PENA de Sciences Po Lille de développer leur ouverture d'esprit."

Faustine Beys
Directrice adjointe au Centre Hospitalier d'Armentières, , promotion 2014-2015.



"Actuellement adjoint du DGA Attractivité, Directeur du Développement Social Urbain (Politique de la Ville, Habitat, Rénovation Urbaine) à la Ville de Calais, je suis un ancien du cycle préparatoire aux concours de la haute fonction publique de Sciences Po Lille et j’ai été admis à la session 2013-2014 du concours d’administrateur territorial. Cette préparation est sans aucun doute indispensable pour une bonne préparation aux concours et notamment celui de l’INET. Droit public, Economie, Culture Générale, Finances publiques… la plupart des épreuves orales et écrites de ce concours très exigeant sont travaillées au sein du cycle préparatoire. Le passage par des galops d’essai à l’écrit et des oraux blancs, en particulier en cas d’admissibilité aux concours, sont autant d’atouts propres à ce cycle préparatoire. En outre, la dimension « familiale », avec une petite équipe de préparationnaires et un encadrement de proximité très à l’écoute, favorise l’émulation collective dans un environnement non anxiogène, contrairement à d’autres cycles préparatoires où se côtoient plusieurs dizaines voire plusieurs centaines d’étudiants.
Ce cadre idéal ne doit toutefois pas omettre un investissement personnel très important si l’on souhaite être admissible puis admis à ces concours où la concurrence est très forte. A n’en pas douter, le cycle préparatoire de l’IEP de Lille est un véritable atout pour tout postulant à la haute fonction publique, dans toute sa diversité."

Antoine Foissey
Adjoint du DGA Attractivité, Directeur du Développement Social Urbain (Politique de la Ville, Habitat, Rénovation Urbaine) à la Ville de Calais, promotion 2014-2015.



"J’ai choisi de développer deux points de la préparation et espère ainsi ne pas être redondante avec les
autres témoignages :
- Premier point : l'ouverture de la prépa à tous les concours administratifs / la richesse de la diversité des profils
En s'ouvrant à tous les concours administratifs, la prépa de Lille regroupe des profils divers au sein de la promotion. Cette diversité aide à construire son propre parcours et à s'orienter vers les concours qui correspondent le mieux à nos projets professionnels.
- Second point : la petite taille de la prépa
Comme les promotions comptent environ 20 étudiants, les préparationnaires se connaissent les uns les autres et peuvent plus facilement s'entraider. La taille du groupe peut également faciliter le partage de travail, notamment la répartition de la rédaction de fiches sur des thèmes précis.

Clémence Deroye
Elève à l'Ecole Nationale de la Sécurité Sociale (EN3S), , promotion 2016-2017.



Contacts

Responsable pédagogique Responsable administrative
Rémi Decout-Paolini Evelyne Demouveaux
evelyne.demouveaux@sciencespo-lille.eu
03 59 57 65 02